• Chacun porte sa croix, chacun doit accepter le chemin, chacun doit piocher… Azeza a tenté avec le théâtre corse bilingue de voyager entre la terre et le ciel… D’immenses personnages rencontrés, d’immenses agités, sages, et une immense folie… La Corse, terre de tragédie, terre de comédie. Un voyage fait d’histoires, de boutades, d’expressions célèbres, la réalité du théâtre ou réalité de la vie… Azeza n’en peut plus, Azeza est enragée, une rage inutile, une rage de rire, d’éclats de rire, de rire à éclater… À quoi sert de lutter, tout est à refaire, encore, toujours encore… la poésie, le conte… Azeza s’en va loin dans la forêt là-bas, dans la ville ici, dans la montagne là- haut… Quelle réponse trouver ? L’esprit des gens, des choses de l’autre monde, risible, tomber de rire par terre… Le décor est planté, les éclairages sont prêts, les artistes sont ici… Ah c’est vous le théâtre ? Oui, c’est moi le théâtre…

    -------------------------------------------------------------------------------------------

    Ognunu porta a so croci, ognunu devi accità u caminu, ognunu devi zappà… Azeza ha pruvata cù u teatru corsu bislingu à viaghjà tra a terra è u celi… Tanti difficultà, tanti risi dinò, tanti paesi scunisciuti, tanti piazzetti scuperti, ma tanti suspresi… Tamanti parsunaghji scuntrati, tamanti scemi, tamanti savii, e tamanta scimuzia… A Corsica tarra di a cumedia, tarra di a tragedia… Un viaghju fattu di storii, di cacciati, di sprissioni famosi, a rialità di u teatru, o a rialità di a vita… U teatru, ma comu ? L’artisti ? Ma quali ? Tutti semu artisti no ? Azeza ùn ni pò piu, Azeza hè arrabiata, una rabia inutuli, una rabia di risa, scacanati, spansati… A chì servi di luttà, tuttu hè da rifà, dinò, sempri dinò… a puesìa, a fola… Chì fola, quidda d’un disertu ? quidda di a spartera ?… U spaziu di a cultura s’imbroglia, diventa un scumbugliu… Azeza si ni va luntanu in a furesta quallà, in a cità quì, in a muntagna quassu… Chi risposta truvà ? A menti di a ghjenti, cosi di l’altru mondu, ridicula, cascà di risa in terra… U dicoru hè postu, i lumi sò pronti, l’artisti sò qui… Ah c’est vous le théâtre ? Oui, c’est moi le théâtre…


    votre commentaire